Les îles grecques : dépaysement et émerveillement garantis !

Kamilera les Amis (« Bonjour » en grec) !

Le mois dernier, je suis partie à la découverte d’une destination qui me faisait rêver depuis longtemps : les îles grecques ! Mes parents affectionnent particulièrement ce pays et m'ont convaincue d'y passer ces vacances (merci pour leurs précieux conseils).

J'y avais déjà été petite, nous y avions fait un voyage en famille (en mode camping, glacière et réchaud à gaz... Super glam'). Prêts à voir des photos bien « vintage » ? (Nico, excuse-moi !)

Ça doit être pour cela que je ne veux plus partir qu'en villa ou hôtel 4**** :-P

On va dire que ces vacances "roots" nous ont appris la vie... (gonfler des matelas pneumatiques chaque soir pour dormir, faire la queue 1h pour faire la vaisselle entre campeurs type "Patrick Chirac", se doucher à l'eau froide...). Après tout, on avait plein de copains qui ne pouvaient pas partir en vacances l'été. Et puis, à l'époque, on aimait bien se mettre  "en roooute pour de nouveeelles aventuuures" (comme on le criait) avec la Talbot Simca (voiture de mon temps), la remorque et les parents (de très beaux souvenirs... En vrai :-)).

Enfin là, 25 ans plus tard, ce sera un autre standing (heureusement, je travaille pas 50h/semaine pour rien !). Après 3 avions (St Domingue > Paris > Athènes > Santorin), 25 heures de voyage au total et des bagages perdus, me voici en Grèce, pour visiter 4 îles de rêve :

C'est sûr que c'est plus simple d'aller en Grèce quand on est Parisien les amis !

Il est extrêmement facile de relier les îles grecques entre elles, que ce soit par bateau ou par avion. Les trajets sont relativement rapides et abordables. Un circuit sur-mesure est donc facile à composer (il faut juste être bien organisé pour tout synchroniser !).

(Avant les migrants et la Syrie)
, la Grèce faisait beaucoup parler d’elle dans les médias à cause de sa dette et le non-respect des critères économiques européens (maintenant on est déjà passé à autre chose). Dès la première journée, on comprend pourquoi les grecs sont dans une telle galère : ils sont juste suuuper cools (pour ne pas dire laxistes). A côté, dans les Caraïbes, on pourrait même paraître "carrés" :
  • Le paiement en cash est préféré (Enfin… Très fortement recommandé) ;
  • Les factures ? Connaissent pas… (la TVA est donc très peu appliquée) ;
  • Jamais d’état des lieux pour louer une voiture (Pour quoi faire ?) ;
  • Les taxis râlent quand on leur demande de mettre le compteur, répliquant qu’à cause des nouvelles mesures européennes, 23% de TVA seront alors appliqués au prix de la course (normal quoi !)
Quand on est touriste, il en résulte une vie vraiment pas chère, avec des locaux très accueillants et (quasi) toujours souriants !

En Grèce, le plus dur aura été de… lire les panneaux ! (Qui a fait grec à l’école ?!? Moi : latin, ma matière préférée, vous imaginez bien…). L’alphabet grec est celui utilisé par défaut. Parfois, on trouve des correspondances en lettres latines (mais pas toujours !). J’ai dû faire appel à mes souvenirs de maths : alpha, beta, omega, teta, phi… pour pouvoir lire les panneaux ! (Parfois 1 minute pour comprendre 1 mot !)
 
Alors ? Alors ? Vous comprenez ?

  
Pas facile de se diriger sans GPS...

 
Quant à décrypter une addition : c'est juste impossible !

J’aimerais bien vous y voir vous ! Heureusement qu’il y a des codes ou repères internationaux :

Eh oui, ils utilisent encore les bonnes vieilles cabines téléphoniques !

Autre difficulté : dire « oui » (qui se dit « ne » en grec) ou « non » (qui se dit « ochi »). Et pour nous compliquer encore un peu plus la tâche, pour dire non, ils lèvent la tête et les yeux vers le ciel. Pour dire oui, ils inclinent la tête légèrement sur le côté. (Non, non, ils n’ont pas l’esprit de contradiction…). Heureusement, la plupart des grecs parlent anglais et à l’oral, la communication passe bien.

Côté gastronomie, c’était 100% local tous les jours ! La cuisine grecque est succulente (et plutôt saine : à base de poissons, fruits de mer, légumes du soleil, olives et feta bien sûr !). Tour d’horizon de mes plats préférés pendant ce voyage :

Le Tzatziki (rien à voir avec les boites "Blini" au rayon frais du Monop' !) :

 
Toujours accompagné de pain chaud ou de pita : l'apéro idéal !

Les Calamars frits :

Idéal pour l’apéro, à base de yaourt, de concombre, huile d’olive et d’ail : 
C’est frais, à déguster sur du pain.

La Salade Grecque :
La FAMEUSE ! A base de salade, feta, poivrons, tomates, olives, concombres… Fraîche, légère… 
Et c'est pas les petits cubes de "Feta Salakis...au bon lait de brebis" => THE brique de feta !

Le Mezzé au porc fumé :


Je ne suis pourtant pas fan de porc pas ce mezzé est délicieux… Le porc est fumé au grill avec des herbes telles que du thym ou du romarin.

Le Gyros (ou le « grec » en français des banlieues) :

 
 Viande grillée d’agneau (et/ou parfois poulet ou bœuf), servie dans un pain pita avec les fameux « salade-tomates-oignons », il n’y a qu’à choisir sa sauce (blanche, ketchup, harissa). 
Des souvenirs d’enfance dans les quartiers du 9-5 retrouvés !

Il y a aussi la version « kebab », en brochette (bien grasse mais ça se mange bien !) :

 


La Moussaka :
  
On pourrait dire que c’est un mix entre des lasagnes et du hachis Parmentier…
Délicieux, fondant… Un peu lourd quand même mais un vrai régal !

Les Moules :


  
Coquillage très présent sur les cartes, on en trouve partout et à toutes les sauces (citron, olive, vin blanc, tomates…). Les moules de Grèce ont une chair consistante et assez tendre : excellentes !

Les Glaces :


 
Retour en enfance… J’adooore les glaces… Et il y a des glaciers sur toutes les îles :) 
Mes parfums préférés : melon, framboise, pistache, menthe-chocolat, chocolat, praliné… 
(Rien que de l’écrire, j’en ai l’eau à la bouche !)


En revanche, grosse déception sur les vins : dans toutes les îles visitées (pourtant parmi les plus touristiques), n’étaient toujours proposés que des vins grecs sur les cartes (et même dans les restos les plus haut de gamme !). C’est très engagé comme politique, cela vise à protéger et promouvoir leurs vins. Pourquoi pas, mais ils n’ont malheureusement pas la même qualité que des vins français, italiens ou espagnols (quels chauvins !).

Allez, je vous embarque avec moi ! On part pour 12 jours dans ces 4 îles de rêve !



Mykonos, la Branchée

Mykonos, c’est sans conteste l’île la plus haut de gamme et jet-set des Cyclades !
Très festive, on y trouve une dizaine de plages branchées, chacune avec « Beach Bars », piscines pour des « mousse parties », restos, transats et parasols à gogo :

 9h du matin, il reste encore beaucoup de places.

 
Serviettes inclues avec le transat, comme à l'hôtel !

 Ne cherchez pas un mètre carré de sable pour poser votre serviette... C'est full !

Les clubbers faisant la fête jusqu’à 5 ou 6h du matin, les plages sont relativement calmes jusqu’à 14h. Puis la musique reprend doucement et le volume va crescendo… Je n’ai pas trouvé ça désagréable, c’est une musique électro douce, lounge (limite New Age) pour ré-émerger dans le monde réel, avant d’attaquer la soirée suivante !

Yeux rouges, maux de tête... sont des problèmes fréquents sur ces plages !

La journée, les bars vous servent des jus de fruits bien frais et des salades grecques light pour reprendre des forces :

 
Le jour, on croirait presque que les gens ont une vie saine ici !

 
Les bars et restos peuvent accueillir un monde fou !


Inutile de vous préciser que le coût des transats est le plus élevé de toutes les Cyclades : minimum 20€ le transat (mais vous pouvez y comater toute la journée).

 

Le business du transat est florissant à Mykonos !

Passées 15h, les plages sont bondées et il devient dur de s’installer… Le spectacle vaut le détour ! La jet-set à la plage, en mode string pour les filles et « chic moule-bite » pour les mecs. Les corps sont tatoués, huilés… Les regards fusent sous les lunettes de soleil ! On est là pour voir et être vu !

 

Bon, moi pas vraiment… Avec mes maillots de bain « normaux » Banana Moon (pas string ou trikini paillettes), je fais très très sage.

Il suffit souvent de marcher quelques centaines de mètres pour trouver des criques désertes, avec une eau turquoise qui vaudrait (presque) celle des Caraïbes.

 
 Comme quoi, même à Mykonos, on peut se poser cool !

Toujours dans le trip « zen », une balade dans le nord-est de l’île s’impose : paysages désertiques, plages nature et très peu prisées par les touristes… La détente est totale :
  
Plages désertes...

Campagnes...

Un détour par le phare de l’île vaut vraiment le coup : on y a une vue impressionnante sur toute la baie du village de Mykonos. Je vous emmène ?



On y voit même le Club Med 2 dans la baie !

Héhé et oui… C’est ma frime à moi @Mykonos ! Une tite Golf Cabriolet (qui marche mieux que ma New Beettle dominicaine) :



Mykonos est également très connu pour son village principal : Mykonos City comme ils disent ici. C’est l’image que l’on a des Cyclades : des maisons blanches aux toits bleus (et parfois rouges) :

  

 
Une ville très épurée !

Les rues sont entièrement piétonnes dans le centre. On y trouve des boutiques, des restaurants, tous aussi charmants les uns que les autres…

 
L'apéro se prend face au coucher du soleil...

Mykonos City, ce sont aussi ses fameux moulins :

 
Oui, je fais ma pin-up !


J'ai aussi beaucoup aimé les pépés dans les rues désertes en journée :

 

J'ai aussi apprécié d'autres specimens... On croise du beau monde à Mykonos, plus de gays qu’ailleurs (pour le plaisir des yeux !) :


Les vitrines proposent des tenues en lien avec la cible (aaaaaoooouh) :

Ma préférence va au lion...

Pour le shopping féminin, laissez tomber si vous faites une taille « normale » ! Entendu dans une boutique : « le M est notre plus grande taille », ou encore « Nous n’avons que du 32 au 36 pour les femmes ». Bon… OK. Oui, 36, ce sera (juste un peu) serré !
C’est vrai que les filles ici sont très minces, limite maigres, mais il faut le reconnaître plutôt très jolies… (Pfff… On se sent mieux en Rep Dom, la Rubia du quartier a plus de succès !).

De jolies places pour diner ou prendre un verre…

 

 
 Bon, ici le Mojito, c’est quand même 15€ minimum !

Avant de quitter Mykonos, je partage une superbe adresse d’hôtel : l’Apsenti 4****, un petit hôtel de charme interdit aux enfants (quel merveilleux critère). C’est zen, beau, calme… Je vous laisse admirer et je le conseille à tous (enfin, sauf aux familles !) :

 
  
 
C'est beau, n'est-ce pas ?


Santorin, l’Epoustouflante

Santorin est probablement la plus connue des îles des Cyclades. Ce qui la caractérise le plus, ce sont ses jolies maisons blanches et les toits arrondis des églises.

L'abus de moussaka est mauvais pour la détente...

Aucun immeuble, tout n’est que villages, petites constructions (et charme). C’est une île à taille humaine (à peine 20km du Nord du Sud et 10 d’Est en Ouest). Sa capitale est Fira. Comme beaucoup de villages ici, elle a été construite sur la Caldera (la falaise). Une ville charmante, que l’on parcourt, époustouflés par la vue :




L’intérieur du village est piéton. On y trouve glaciers, restaurants, bijoutiers, artisanat local… C’est très agréable de s’y balader.

Tout au Nord de l’île, on trouve le joli village d’Oia. Il est connu pour être le plus bel endroit de Santorin pour admirer le coucher du soleil. Depuis le bas du village, on peut également profiter de vues magnifiques sur le vieux port… Un endroit parfait pour prendre l’apéro !




Les perspectives sont vraiment très belles… On déambule dans les rues, entre boutiques et restaurants.

  
 

La rançon du succès est que le village est très prisé et qu’à partir de 18h, les terrasses se remplissent (et sont bondées) pour admirer le soleil couchant.



On peut également admirer un beau coucher de soleil depuis le phare à l’extrême Ouest de l’île :


Ou encore au « Santo Wine », un lieu magique sur les hauteurs de Pyrgos qui a été aménagé pour déguster des vins de l’île, accompagnés de tapas.



Pour 6 verres (bien remplis), accompagnés d’olives, fromage, fava et purée de tomates aux câpres, il ne vous en coûtera que 14€, avec une vue spectaculaire sur le soleil se couchant sur l’eau (j’ai terminé bien gaie pour ma part !)


Si vous aimez les vieux villages pittoresques, vous adorerez Pyrgos (le village stratégique de l’île, en plein centre). Situé en hauteur, il offre des points de vue fabuleux… Les rues et les églises sont charmantes.



 

Côté plages, Santorin n’est en revanche pas une destination bénie des Dieux ! Cailloux ou sable noir, l’eau est très propre mais ce n’est pas le bleu/vert des Caraïbes. Les plages sont bien aménagées, à l’image de celle de Kamari, avec sa promenade, entourée de magasins et restaurants :

   

Perissa dans le Sud offre 4km de plage de sable noir :

 Non, on n'est vraiment pas dans les Caraïbes !

 L’une des plages les plus connues de Santorin est celle de « Red Beach » qui doit son nom aux falaises rouges la surplombant. Beaucoup de monde mais à voir :


Côté gastronomie, on se régale à Santorin. Moi qui adore dîner en terrasse, sur des places de village, on se retrouve ici dans un univers magique…

 

Tellement magique de dîner en plein air...

Milos, la Nature

Milos est une île bien plus paisible, moins touristique que Santorin ou Mykonos. Mais tout de même, en plein été, l’île est très chargée (alors qu’elle ne compte officiellement que 5.000 habitants). Par exemple, impossible de trouver une voiture ou un scooter à louer ! Le village central est Adamantas, où nous étions logés :


C’est un petit village grec typique, avec son petit port, son centre commerçant et ses rues piétonnes. La nuit, il est animé jusqu’à environ 2h du matin :




Un vrai plaisir que de dîner en terrasse le soir !

Comme nous n’avons pas pu louer de voiture ou scooter, nous avons pris des VTT (bien plus écologiques et économiques !). C’était sans savoir à quel point l’île était vallonnée. Le pédalage a été dur (très dur) ! Je pense avoir perdu 3 litres d’eau en un après-midi, mais je peux vous dire que du coup, ce que l’on a vu a été savouré à sa juste valeur.

 
Ca, c'est le début... Le sourire est toujours là !

Je peux vous assurer que descendre, et surtout remonter cette route, c'est pas facile en plein soleil !

Direction le joli village de pêcheurs de Klima en bord de mer. Je vous laisse admirer ses jolies maisons blanches aux fenêtres et aux portes colorées :



 Un village de pêcheurs très paisible (même pas un vendeur de boissons fraîches !)

La remontée vers Tripoti est sportive avec 500m de dénivelé positif (surtout en plein soleil) : merci aux cigales pour leurs chants d’encouragements !

Visite ensuite du village de Plaka, ancienne capitale de d’île :

 

  
  
   

De magnifiques ruelles où il fait bon se balader…

Le lendemain, après avoir gagné 2kg de muscles dans les mollets, on décide de rendre les VTT pour passer la journée en mer, à bord du voilier le Galis IV et de faire le tour de l’île en 10h. Une sortie magique où l’on en prend plein les yeux.

Prêts ?

Nous sommes 15 sur le bateau (quasiment que des Grecs), c’est très zen. 5 arrêts pour se baigner dans la journée (bien entendu, à chaque fois, j’ai sauté à l’eau, même si elle est un peu plus froide que dans les Caraïbes : entre 24 et 26°C). L’eau est d’une transparence incroyable :

 


Dans une eau aussi claire, faire du snorkelling est vraiment très agréable :

  
Une véritable piscine...

On découvre des falaises et des grottes creusées par la mer :


 

L’îlet aux pics volcaniques avec son eau turquoise :

  

La plage de Tsigrado accessible uniquement par une échelle (personne sensible au vertige : s’abstenir !)

Au moins, il n'y a pas d'enfant sur cette plage ;-)

On arrive ensuite sur une plage très étonnante de par ses couleurs : l’eau est très sulfurisée, ce qui explique sa couleur jaune, tout comme le sable :


Et les falaises sont blanches et rouges :
 

Je forme mon repaire dans une ancienne grotte, comme on en voit beaucoup sur la côté Ouest :

 
Moi, Jane !

On assiste au coucher du soleil sur le bateau… Un moment magique à 20h30…





La Crête : la Méditerranéenne

Dernière île visitée, mais certainement pas la moins charmante, la Crète ne fait pas partie des Cyclades (elle se trouve beaucoup plus au sud, face à la Lybie et l’Egypte). C’est une île beaucoup plus grande que les îles cycladiques (260 km de longueur sur 60km de largeur maximum, 8600 km² de superficie, comme la Corse). L’île est tellement grande que nous n’avons pu en visiter qu’une petite partie à l’ouest : la région de La Canée (Chania en grec).

La Canée est une grande ville, avec son aéroport international. Sa vieille ville est charmante. On se promène dans les rues piétonnes, toutes plus photogéniques les unes que les autres :

 
On a envie de prendre un verre à toutes les terrasses !
  
Plein de boutiques de fringues faites localement (ça se voit !)



 
Des magasins d'artisanat local, des restaurants en plein air...

  

La vieille ville abrite un magnifique port où il fait bon flâner, à toute heure du jour ou de la nuit :


 


C’est très animé ! On trouve plus de 300 restaurants dans la vieille ville. Il y a tellement de concurrence que certains pratiquent même des soldes sur leurs menus !


Je recommande particulièrement Thalassino Ageri, un resto de pêcheurs tout simple, en plein air, devant d’anciens entrepôts… Version de jour :

 
Non, ils ne servent pas le midi, vous l'aurez compris !

Version soir :

C'est complet tous les soirs, il faut réserver au moins 3 jours en avance pour avoir une table.

Les poissons sont tous hyper frais, un vrai régal, même les sardines en entrée :


Et le poisson en plat

Les chats ont bien compris que c'était un endroit stratégique :

Au taquet au moindre sifflement !

Revenons à la Crète :-) Proche de La Canée, sur la presqu’île d'Akrotiri, on peut visiter le très beau monastère d'Agia Triada :


 Attention, jambes couvertes obligatoirement sinon, on vous habille d’un magnifique pan ! (le moine en chef m'a couru après pour me le mettre !) :


Cachez cette jambe que je ne saurais voir...

L’architecture est splendide…


  

Le blog n'a pas le bruit des cigales, mais elles chantaient (promis). Un endroit où l'on se sent vraiment bien, comme les chats (encore eux !) qui y ont élu domicile :

Sieste à l'ombre, elle est pas belle la vie de chat ?

De l’autre côté de la ville, à environ 60km, se trouve l’un des lagons les plus impressionnants que je n’avais jamais vu : celui de Balos. Il faut être motivé pour y arriver (la beauté se mérite) : 8km de piste + 4km de marche en plein soleil, au milieu de montagnes très sèches :


Même les chèvres se mettent à l’ombre :

Enfin... Elles cherchent de l'ombre !

Mais une fois ces épreuves réalisées, je vous laisse découvrir le paysage :


 

  
Un lagon incroyable... On en prend plein les yeux !

Plusieurs nuances de bleu et jaune se mélangent… C’est vraiment magnifique :

Cherchez Charlie !

On descend pour voir de plus près (et se baigner !).


Le paradis !



La remontée jusqu’à la voiture ne se fait pas sans peine… Après cette belle excursion, direction une taverne bien typique pour se rassasier ! Ici, nous sommes chez Gialites, dans le village de Lividia. Les tavernes sont des endroits très courus pour déjeuner ou dîner. La cuisine est traditionnelle et souvent très (trop) copieuse !

 
J'ai TOUT dévoré ! (F*** le style en bikini !)

Ici, pour 13€, j’ai eu droit à du tzatziki avec du pain maison, des boulettes d’aubergines à la menthe, de la moussaka en plat principal et de la pastèque en dessert, accompagnée d’un digestif maison.
Inutile de vous dire que je n’ai rien mangé d’autre dans la journée !

Dernière balade en Crète : la randonnée dans les gorges de Samaria. C’est un vrai périple que de réaliser cette rando : il vous en coûtera toute votre journée, mais ça vaut vraiment le coup. Tout d’abord, on prend le bus public à La Canée à 8h45. Direction le village d’Omalos en plein centre :

Top Départ !

De là, on commence la descente dans les gorges de Samaria. Les 3 premiers km sont de la descente raide, les 4 suivants de la forêt et les 6 derniers sont vraiment entre les falaises :

  

C'est beau (mais tout ces cailloux, ça tue les chevilles ! Chuuut !)

  

 

En moyenne, la rando se fait entre 4 et 7h (4h pour moi bien sûr !). Elle est très bien aménagée avec des points d’eau réguliers. On croise aussi des locaux :

Le monsieur n'a pas voulu me faire monter sur son âne quand je n'en pouvais plus... Snif !

A l’arrivée, encore 2km de marche pour atteindre la plage d'Agia Roumeli. Retour à la civilisation :

  



La plage n’est pas très belle, mais après cette rando, on a juste envie de se baigner et de récupérer sous un parasol. 



On peut commander des pastèques très juteuses… Un régal !

De la plage, il n’y a aucune route car nous sommes dans un parc national. Il faut donc attendre un ferry qui va nous ammener à Sogia en 1h de navigation :


Longer le parc national est un vrai spectacle :



 

De Sogia, on reprend le bus pour La Canée. Retour à 21h30, crevés, les jambes HS, mais la tête pleine de souvenirs…

Ainsi s’achève ce voyage dans les îles grecques… Un pays vraiment fantastique où j’ai très envie de retourner pour découvrir de nouvelles îles !

Mon prochain post plus exotique (quoique ?) sur notre trip au Brésil avec ma Maud chérie !

En attendant, courage pour les mois d'automne qui commencent... (Plein de pensées pour mes petits Parisiens <3)

Sandra

Commentaires

  1. Magnifique !
    J'adore c'est bien fait. tu es belle. J’aime beaucoup tes regards coquins, plein d'une belle malice !

    RépondreSupprimer
  2. De très belles photos !

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique comme toujours !
    bisous

    RépondreSupprimer
  4. Hello Sandra,

    Superbe comme d’hab ! Les îles grecques ont aussi été une révélation pour moi cet été ! J’ai beaucoup aimé Cythère sauvage, Lemnos petit bijou pas touristique, Delos et son site archéologique au milieu de nulle part, Naxos très pittoresque, Mykonos évidemment et un peu moins Patmos. Je rêve de Santorin et de la Crète donc tu me mets l’eau à la bouche pour une prochaine fois !

    Grosses bises !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    C'est très gentil de ta part de nous faire partager ces délicieux moments de vagabondage.
    Toujours le même talent de reportage qui donne envie de mettre nos pieds dans tes pas.
    Je ne connais pas la Grèce. Mais je crois quelle fait l'unanimité pour la diversité de ses paysages et de son accueil.
    Beaucoup de français y sont allés cette année, c'était tendance. A tel point que toi même tu as traversé l’Atlantique pour redécouvrir ce pays.
    Jolie clin d’œil vintage avec ses photos de ton enfance en préliminaire.
    Toujours aussi boulimique de découverte et de rencontre, quelle santé (bonne).
    Au plaisir de te revoir
    bon courage pour redresser votre petite entreprise
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Ma Sandra;
    Merci de nous faire partager ces beaux endroits. Je n'ai pas les moyens de voyager autant et du coup, je voyage un peu par procuration via ton blog :-)
    Tu me donnes super envie d'aller en Grèce !!!
    Continue de nous faire rêver !
    Gros bisous,
    Emilie

    RépondreSupprimer
  7. Salut Sandra,

    Super reportage comme d'habitude! Tu nous fais rêver avec tes super voyages ;-)

    Ici l'automne arrive à grand pas! C'est pourquoi on commence à réfléchir à une destination soleil pour cet hiver. Et pourquoi pas la Rep Dom' pour venir te faire un coucou!
    Dis moi comment faire !!!

    Bisous et à très vite !

    Claire

    RépondreSupprimer
  8. Je veuuuuux ta VIE ! Je sais, je sais, faut quitter Paris, les amis, la famille...
    Mais j'en rêve !!!
    :-P

    RépondreSupprimer
  9. Petit coucou!
    Merci de nous faire voyager et de nous faire rêver! ;-)

    Gros bisous!

    RépondreSupprimer
  10. Ah, tu en as mis du temps pour retourner au pays des dieux après nos road-trips des eighties au départ de Paris ... Trois jours de voyage aller via Belgrad et autant pour le retour via Venise !!! Oui, c'était roots et vintage comme tu le dis avec un peu de nostalgie mais c'est peut-être durant ces voyages au long cours partout en Europe que tu as semé les petites graines des voyages qui t'animent aujourd'hui. Enjoy ma Chica !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

WE filles à Antigua & Barbuda : les plus belles plages des Caraïbes !

Gay Gwada !

Saint-Domingue version GAY !